Résumé du livre 12 leçons de rhétorique pour prendre le pouvoir de Victor Ferry

Mis à jour le

Le contenu de cette page est en cours de création

Les 3 dimensions de la rhétorique

D'après Artistote, la persuasion naît de la prise en compte de trois dimensions de la communication :

  • L'Ethos ; la confiance que le public accorde à la personne de l’orateur.
  • Le Pathos ; la disposition émotionnelle dans laquelle l’orateur met le public.
  • Le Logos ; les arguments que l’orateur soumet au jugement du public.

Les trois questions à se poser en tant que théoricien de la rhétorique

Lorsque l'on entends un discours, demandez-vous :

  1. Qu’est-ce que l’orateur essaie de faire ?

Trouvez quel est son objectif et pourquoi il cherche à prendre la parole. Veut-il me séduire, me convaincre, me rassurer, me mettre en colère, m'informer, me pousser à agir ?

  1. Comment s’y prend-il ?

Pour un même objectif, il existe plusieurs stratégies. Exemple : vendre un produit en jouant sur la l'excitation de la nouveauté ou en le comparant à un autre moins efficace.

  1. Était-ce la meilleure option ?

Testez l'efficacité de votre discours

Grâce à internet, vous pouvez vérifier l'impact d'un discours en récoltant des données qualitatives (commentaires) et quantitatives (vues, partages, clics sur l'appel à l'action).

Écrivez votre manifeste

Un manifeste, c'est le socle de votre pensée, de votre idéologie. C’est un document où vous allez noter votre diagnostic de ce qu’il faudrait régler en priorité et vos solutions pour rendre le monde un peu meilleur.

1. Identifiez le problème

C’est lorsque nous butons sur quelque chose que nous avons soif de solutions.

Ne vous demandez pas "Qu'est ce que je propose ?" mais plutôt "Quels problèmes je règle ?".

Faites la liste des deux, trois voire quatre problèmes que vous comptez régler avec votre projet, avec vos produits, avec vos services.

2. Assombrissez l'horizon

Montrez-lui les conséquences de si il n'agit pas.

Utiliser Les besoins humains fondamentaux comme la sécurité, la santé, le plaisir, le confort, l’amour, la protection de ceux qu’on aime, la reconnaissance sociale.

Montrez lui en quoi son inaction va l'empêcher d'assouvir ses besoins.

3. Dénoncez les coupables et leurs idées fausses

Quels sont les opposants à votre idéologie ?

4. Justifiez votre solution

Vous pouvez justifier une solution de 4 manières :

  • L'opportunité : montrer que c'est le moment où jamais pour agir
  • La faisabilité : montrer que la solution est réaliste et même simple à mettre en oeuvre
  • L'utilité : montrer les conséquences positives de la mise en oeuvre de la solution
  • La moralité : montrer que la solution permet de concrétiser des valeurs universelles (liberté, égalité, fraternité, équité, respect, dignité, etc...)

5. Appelez à l'action

Si vous voulez que votre discours soit suivi d'effet, il y a une règle tout simple : donnez à vore public des actions concrètes à effectuer.

Vous pouvez le faire de deux façons : en jouant sur l'envie de se démarquer (ex: "seuls les plus audacieux passeront à l'action"), ou sur le Conformisme et la Pression sociale (ex: "tous vos voisins sont déjà passés à l'action").

Convaincre != persuader

Convaincre veut dire changer l'opinion d'une personne.

Persuader veut dire motiver le passage à l'action d'une personne.

Si vous vous contentez de persuader une personne sans la convaincre auparavant, elle pourra vous en vouloir de l'avoir manipulé.

La plupart des fumeurs sont convaincus que le tabac est mauvais pour la santé, mais il ne sont pas persuadé d'arrêter.

Les 5 canons de la rhéthorique

  • L'invention : Vous rassemblez la matière de votre discours.
  • La disposition : Vous maximiser l'efficacité de chaque partie de votre discours.
  • Le style : Vous faites un choix sur les mots, les formules et les figures afin de rendre votre discours original et mémorable.
  • La mémoire : Vous vous détachez du texte et vous vous facalisez sur votre relation au public.
  • La performance : Travaillez sur le rhythme, le volume et le niveau d'énergie que vous donnez au public.

Post-vérité

L’année 2016 a été consacrée comme celle de la « post-vérité ». Que faut-il comprendre par ce terme ? Selon le dictionnaire d’Oxford, qui en a fait son mot de l’année, le terme désignerait des « circonstances dans lesquelles les faits objectifs ont moins d’influence pour former l’opinion publique que l’appel à l’émotion et aux croyances personnelles ». Total bullshit - Sebastian Dieguez

Les 4 tentacules de la post-vérité

  • Le relativisme
  • L’intellectualisme
  • Le populisme
  • Le sensationnalisme

L’attaque relativiste : « Mon point de vue vaut bien le vôtre »,
L’attaque intellectualiste : « Comment pouvez-vous être sûr à 100 % de ce que vous avancez ? »,
L’attaque populiste : « Pour qui vous prenez-vous ? ».

La stratégie du scandale

  • La grossièreté
  • L’hyperbole
  • Le sophisme de la pente glissante

Qu’est-ce qu’un argument ?

Un argument est composé de deux éléments : une prémisse et une conclusion.

La conclusion est ce que vous voulez que votre public admette comme vrai, la prémisse est ce que vous lui donnez pour l’admettre.

Exemple : "Il faut lire tous les jours (conclusion) car la lecture réduit le stress (prémisse)."

Quelques sophismes de base

Un sophisme est le contraire d'un bon argument.

  • La pétition de principe
  • L’argumentation ad populum
  • L’argumentation ad baculum
  • La généralisation hâtive
  • Le Post hoc, ergo propter hoc
  • La pente glissante

Test de vérité

  • Données qualitatives
  • Données quantitatives
  • Données expérimentales

Test de validité

TODO

5 étapes pour nous assurer de la qualité de nos arguments

  1. Posez votre thèse
  2. Présentez un fait à l’appui de votre thèse
  3. Garantissez le passage de votre prémisse à la conclusion
  4. Clarifiez le domaine du savoir dont vous puisez votre garantie
  5. Identifiez les limites de votre argumentation

Les figures de style

TODO